« Je rigolais quand j’ai dis ça » : je te présente ton détecteur de défauts car … Les petites remarques font les grands défauts.

Et pourtant, dieu sait que je reviens de loin en terme de susceptibilité. Blessure d’abandon oblige, j’ai longtemps mal vécu quand un ou une amie ne m’invitait pas à la fête. Et puis fallait voir comment je me cassais en mille pour réunir tous mes amis régulièrement les week-end à la maison. Pour la minute souvenir, il faut dire que cela nous a permit de passer de sacrés moments ensemble.

Toujours est il que je croyais en avoir terminer avec la susceptibilité. Mais ça, c’était avant de dire « ça va c’était une boutade » (alternative de ton premier détecteur de défauts, est compatible avec : « mais non je ne pensais pas ce que j’ai dis, c’était pour rire! »)

Le pire ? Je faisais réellement une boutade ! J’ai « juste » dis que je n’étais pas digne d’aller au cinéma avec des copines car je n’étais pas dans la conversation messenger. Et jusque là tout allait bien. Quand soudain, une copine me réponde : « Caro, plus susceptible tu meurs ». J’avoue m’être arrêtée de respirer une demi seconde en lisant ça.

Comment ça susceptible ? « ça va c’était une boutade! » (c’est la que le détecteur entre en jeu!). Et puis s’en suit un câlin à chéri, oui, ce câlin intéressé qui vient dire qu’il y a quelque chose qui cloche. Je lui raconte. Et c’est là que l’effet boomerang du développement personnel arrive

« Si tu l’as dis c’est qu’il y a forcément une partie de toi qui le pense », merci chéri d’être attentif à ce que je peux te raconter.

Et oui, il y a bien une partie de moi qui le pensait. Alors la bonne nouvelle c’est que non ce n’est pas grave. J’ai grâce à cette boutade mesuré le chemin parcouru de ma susceptibilité, j’ai appris aussi à tourner ma langue 7 fois dans ma bouche avant de dire des fausses boutades. Je me suis aperçue que ma remarque ne valait pas la peine d’être dite puisque ce n’est pas parce que je ne suis pas dans une conversation que le monde va s’arrêter de tourner.

Et surtout, je n’oublie pas que je suis humaine avant tout, je suis donc parfaite avec plein de petits défauts !! <3 Alors merci les copines de mettre en lumière mes petits défauts !

Photo by Ben White on Unsplash

Les petites remarques font les grands défauts

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *